Archives pour l'étiquette mediarte

Amplo : le nouveau nom de T-heater ?

Voici la lettre que Hors Champ a envoyé à Mediarte, pour obtenir plus d’informations sur Amplo. Nous avons eu une réponse, et les rencontrerons début septembre.

Bonjour,

Nous avons découvert sur le net la naissance d’un nouveau BSA (Bureau Social pour Artistes, agence d’intérim artistique), Amplo. C’est vous Mediarte qui en avez fait la promotion, notamment sur le réseau Linkedin.

Nous trouvons aujourd’hui sur votre site, via l’onglet « Partenaire » un lien direct vers le site d’Amplo. Nous avons également compris qu’Amplo était né sur les cendres de T-heater dont vous semblez aussi avoir été à l’initiative.

En tant que FSE (Fonds de Sécurité d’Existence), fonctionnant donc sur une base d’argent public, et grâce à nos cotisations salariales, nous ne comprenons pas bien comment il vous est possible de soutenir directement un BSA, dont on ignore la structure, la gouvernance et les objectifs (service public ou profits privés ?) Ce BSA devient de facto un concurrent direct d’entreprises privées du même type qui sont déjà sur le marché, tels Smart (Palais de l’Intérim), MCC et Merveille.

Nous le disons avec d’autant plus de détachement que, représentants de Hors Champ, association des métiers de l’audio-visuel, nous défendons d’abord et avant tout le contrat direct avec l’employeur.

Les BSA, à l’origine, avaient été créés pour aider les sociétés de productions publicitaires qui devaient engager pour un jour toute une équipe de tournage. En discutant avec certains producteurs de longs métrages et de séries, il s’avère que la solution BSA ne coûte pas moins cher à l’employeur et que l’employé, lui, est perdant car il doit laisser une bonne partie de son salaire, notamment absorbée par la TVA facturée entre le donneur d’ordre et le BSA, plus le pourcentage que prend le BSA pour son propre fonctionnement, plus la cotisation d’environ 10% pour le Fonds Social Intérim.

Nous n’ignorons pas les réalités du secteur. Nous connaissons aussi la différence entre le marché du travail flamand et francophone. Nous aimerions que Mediarte prenne davantage en compte l’avis des travailleurs du secteur. Nous souhaitons néanmoins être davantage consultés et sommes prêts à toute rencontre pouvant mener à de meilleures relations entre employeurs et employés.

Nous avons rêvé d’un BSA public qui ne prendrait aucune commission et servirait de secrétariat social pour tout le secteur des Arts. Amplo ne semble pas avoir ce profil. Merci de nous éclairer sur son existence.

Cordialement,  Hors Champ

Il y a des priorités plus urgentes qu’une « Académie des médias »

Nous, Hors-champ, tenons à réagir ici à l’ article paru dans le Soir du 03/12/2016 (Supplément « Références ») sous le titre: « Doper la formation à l’audiovisuel. »

Que dit l’article de « Références » ?

Extraits : « (…) le secteur audiovisuel a le vent en poupe (…) un des secteurs parmi les plus actifs et dynamiques de l’économie (…) le nombre d’entreprises actives dans le secteur est ainsi passé de 689 en 2011 à plus de 900 en seulement deux ans (…) 46% des travailleurs dans le domaine sont répartis dans les quatre plus grosses sociétés audiovisuelles belges (VRT,RTBF, Medialaan et RTL Belgium) »

Ce bel enthousiasme est porté par Jan Vermoesen, directeur de Mediarte, fonds social du secteur audiovisuel. Celui-ci vient d’obtenir une dotation supplémentaire pour créer un ou deux postes dans ses bureaux. Mediarte est aussi porteur du projet « Académie des médias », dont le budget serait estimé à 600 000€. Une version flamande existe déjà et Jan Vermoesen espère bien développer un projet similaire pour les francophones. Elle proposerait des formations sur les métiers de l’audiovisuel.

L’emploi : statistiques et travailleurs intermittents

Pour chiffrer l’emploi dans un secteur, les médias utilisent souvent la notion d’équivalent temps plein (ETP). Mais en réalité, une grande partie des travailleurs sont intermittents, et échappent aux radars statistiques.
Mediarte parle, dans son rapport ayant pour titre « Le secteur audiovisuel chiffres 2015 », de 11.095 ETP dans le secteur audiovisuel pour toute la Belgique. Un peu moins de la moitié (46% donc) travaille pour les chaînes de télé; Mais on sait que ces entreprises audiovisuelles ont de plus en plus recours à des contractuels (renouvelables ad vitam). Aucun chiffre ne clarifie le rapport entre le nombre de contractuels et de temps plein réels. Continuer la lecture de Il y a des priorités plus urgentes qu’une « Académie des médias »